Association Sportive et Culturelle d'Aureilhan : site officiel du club de rugby de AUREILHAN - clubeo

ARCHIVES

Georges Dupuy a tenu à décorer de jeunes trentenaires./Photo J.-B.D. ()

Georges Dupuy a tenu à décorer de jeunes trentenaires./Photo J.-B.D.

1)

Avant la rencontre qui opposait ce dimanche 30/09/2012 l'Asca à Ayguette, les anciens se sont retrouvés autour d'une table où une soixantaine de convives ont refait le monde, les rencontres qui leur tenaient tant à cœur. La salle du Mille-Clubs résonnait de péripéties passées. Un repas servi et perfectionné par les serveuses et cuisinières locales, comme à l'accoutumée. Un café rapidement servi afin de ne pas manquer le coup d'envoi, mais avant… Georges Dupuy fit alors une surprise bien agréable et appréciée parce que parfaitement camouflée. Le président de l'Asca général demanda un silence respecté afin d'honorer trois acteurs du rugby de l'Asca qui n'ont jamais quitté les couleurs «orange et bleu» durant 30 ans. Daniel Larrégola, Patrick Laharrague, Gaston Ara qui faisaient également partie de l'équipe qui s'est dynamisée en phase finale honneur du championnat de France. Trois récipiendaires émus et décorés. 

______________________________________________________________________________________                                                 

 

2) Dimanche 21 avril 2013, Kévin Pellissier a épaulé son papa Jean-Louis./Photo J.-B. D.

Sur la rencontre qui opposait Aureilhan à Lannepax pour le compte de la dernière rencontre de championnat 4e série, sur le terrain de l'Adour de l'Asca, un moment inoubliable a été vécu par toute la famille rugby d'Aureilhan. Jean-Louis Pellissier, qui effectua toute la rencontre en deuxième ligne, était poussé dans la mêlée par son fils Kévin dans le dernier quart d'heure de jeu, en 3e ligne. Kévin, qui évolue en juniors au BALS, a arboré le même maillot, évolué dans la même équipe d'Aureilhan avec son papa. Image forte dans la vie sportive de la famille Pellissier qui aura encore et longtemps son nom sur les feuilles de matchs de l'ovalie.  

______________________________________________________________________________________________________________                                

 

 3)

 

 Janvier 2013

 

 

 

Après l’arrivée de Martin voila que la famille ASCA viens a nouveau de s’agrandir par la venue de Lola et de Malone tout nos vœux de bonheur aux familles de Jerome Deflandre et de Patrick Pavade.

  ____________________________________________________________________________________________________________________________

4) GALLEGO S.A.S Entreprise Générale du Bâtiment

Site de Séméac, directeur Antoine Nunes, est l'excellence dans la construction et les travaux publics du Sud-Ouest

Une P.M.E. locale à bonne Image de Marque fortement enracinée avec les moyens et la logistique d'un important Groupe National, offrant :

> Présence au côté de Décideurs depuis des décennies
> Souplesse d'intervention
> Respect des délais imposés grâce en particulier à des outils annexes performants : Ateliers
> Un Bon Rapport Qualité/Prix reconnu
> Une intense politique de communication interne à tous les niveaux

Remise des Maillots

Le jeune et dynamique Mathieu Marmer, le responsable commercial, est satisfait de participer à l'aventure de la section rugby de l'Asca : « Il est important d'aider le sport en général et plus particulièrement le local. C'est aussi un vecteur de communication intéressant. Nous avons choisi ce club par relations amicales et en plus Frédéric Bire, l'un de nos commerciaux, est un ex-joueur du cru. ». Aux joueurs du président Patrick Laharrague à faire honneur, maintenant, à cette flamboyante tunique.

__________________________________________________________________________________

 

 Assemblée generale de la saison 2012/2013

La section rugby de l’Asca a tenu son assemblée générale autour du président Patrick Laharrague qui avait à ses côtés Georges Dupuy et son trésorier de l’Asca général, Chantal Badenco, Christian Lousteau (BALS), Serge Caussade (trésorier de la section). Une AG très suivie, qui a donné lieu à la nomination d’un nouveau secrétaire, Albert Zanon. Puis, lecture du déroulement d’une saison qui s’est terminée un peu tôt. Après des cadeaux offerts à des personnes qui ont marqué le club, la saison, comme Jean Caubin qui prend un peu de recul, Patrick Laharrague a disséqué les ambitions du club.

Quels changements pour la saison à venir ?

 Des changements interviennent au niveau des entraîneurs. Fabien Leriche et Claude Pécune s’occuperont de l’équipe I, Olivier Simon et Lilian Lacabanne auront en charge l’équipe II.

Quel sera l’objectif premier ?

Mettre en place les bases du rugby, avec un jeu de mouvement. Pour cela, j’ai fait appel à deux nouveaux entraîneurs qui sont motivés, intéressés et intéressants. Je leur fais confiance.

________________________________________________________________________________________

 

4e série. Finale Armagnac-Bigorre.

Lannepax ratisse des ballons et le bouclier./ Photo J.-B. D.

Lannepax ratisse des ballons et le bouclier./ Photo J.-B. D.

Georges Delaître (arrière d'Aureilhan) : «Je suis très déçu. On n'a rien fait. On fait des fautes, on leur rend des ballons, on leur donne la victoire».

Daniel Abadie (co-entraîneur d'Aureilhan) : «On est complètement passés à côté du match. Une seule fois, on prend le jeu à notre compte en balançant jusqu'à l'aile, et on gagne 60m. C'est par notre faute que l'on perd le bouclier».

Patrick Laharrague (président de l'Asca) : «Il n'y a aucun repère dans cette équipe. Rien qui laisse dire et faire renverser la vapeur. Manque d'organisation, de soutien dans le jeu. Quelques jeunes sont vaillants, c'est vrai, mais l'équipe, le groupe en son entier, nous a tous déçus. L'échec de ce bouclier sur une rencontre est à l'image de toute la saison».

Aureilhan 0-Lannepax 12

Score acquis à la mi-temps; arbitre : Frédéric Fourcade assisté de Serge Sohier et Christophe Lalanne.

Pour Lannepax : 4P (8, 13, 19, 40) Donadi.

Aureilhan : Delaître, Sans, Ferrero, Baucells, Monville ; (o) Cazaubon (cap.), (m) Weltzer ; Rey, Basaïa, Azam ; Jean Louis Pellissier, Péré ; Lecaz, Marcadier, Latapie. Sont rentrés : Marque Sans, Saut, Kévin Pellissier, Sorbet, Pavade, Schadèle.

Lannepax aura son nom inscrit sur les tablettes des champions Armagnac-Bigorre. Un bouclier que les Gersois sont allés chercher sur les seuls buts de pénalité du canonnier Donadi.

Les Lannepaxiens, qui l'avaient emporté sur les bords de l'Adour il y a quinze jours, ont fort bien pigé la chose. En imposant d'entrée un rythme de jeu qui allait déjà émoustiller les Aureilhanais.

Sur le côté droit d'un ballon récupéré à la barbe de l'Asca, l'action échouant d'un rien, sur le côté gauche où la cavalerie gersoise allait à dame, mais une faute contraint le jeu à retourner à la case départ.

Donc, ici, Aureilhan n'était pas bien, mais alors pas bien du tout. Excepté sur un mouvement de jeu au sortir d'une pénaltouche où Delaître, servi à l'intérieur, était cadenassé dans les 22m gersois.

Les Gersois pouvaient alors voir venir tranquille jusqu'à la pause. Sous le magnifique soleil de la pelouse de Riscle, on pouvait alors attendre des envolées de second temps. Avec des Aureilhanais que l'on attendait mordants pour refaire son retard à la marque. Nenni. Il n'y avait pas, cet après-midi, une grande, une grosse équipe «orange et bleu» qui n'aura fait exploser les encouragements de ses suiveurs venus nombreux que sur quelque temps forts. Avec son paquet d'avants où, une fois, Rey aura giclé d'un regroupement, histoire de créer le danger dans les 30m gersois.

Puis, sur un seul ballon qui ira aux ailes, 60m de gagnés, jusqu'à Monville stoppé au bout  sa course.

Trop peu d'actions comme celles-là, Aureilhan laisse échapper le bouclier.____________________________________________________

 Pour nos supporters

 

 4571142

 

 

1* / Au stade, au café du coin ou chez toi les matchs tu regarderas ! 

 

2* / Même si tu as l'air ridicule, des couleurs de ton équipe tu te vêtiras !
3* / Ton hymne tu chanteras, celui de l'adversaire tu respecteras !
4* / Le buteur adverse tu ne siffleras pas !
5* / De la ola pendant le jeu tu t'abstiendras, incendié tu ne seras pas !
6* / Ton équipe, bonne ou pas jusqu'au bout tu encourageras !
7* / Les décisions de l'arbitre comme les joueurs tu accepteras !
8* / Quel qu'il soit, le résultat tu admettras !
9* / Bras dessus bras dessous avec tes potes le match tu referas !
10* / Au supporter adverse le verre de l'amitié tu offriras. Tu verras le sien avec plaisir il remettra et la fête jusque tard dans la nuit durera (avec modération tu boiras, à pied, en transports en commun ou en taxi tu rentreras) !


Ainsi, de ce championnat de rugby avec émotions tu te souviendras !!!!!!!!!
Et dans 1 an, tu recommenceras !!! 

 

 

 

Aureilhan. Un pas à franchir...

Rugby. L'interview de Patrick Laharrague, le président de l'Asca.

Patrick et Eric

Le président Patrick Laharrague (à gauche) et le vice-président Eric Cartier rêvent à de nouveaux boucliers à accrocher aux murs d'un club-house rénové. En cette saison 2009/2010, le rugby aureilhanais pourrait retrouver sa véritable place dans la hiérarc Le président Patrick Laharrague (à gauche) et le vice-président Eric Cartier rêvent à de nouveaux boucliers à accrocher aux murs d'un club-house rénové. En cette saison 2009/2010, le rugby aureilhanais pourrait retrouver sa véritable place dans la hiérarc

Nous avons rencontré Patrick Laharrague, un président motivé et désireux de redonner à Aureilhan sa véritable place dans le rugby local, en plein travail en compagnie de l'actif vice-président Eric Cartier, pour faire le point à quelques jours de l'ouverture du championnat.

Comment se présente cette saison 2009/2010 ?

Sincèrement, plutôt bien, et un sentiment d'optimisme me traverse. J'attaque mon 3e mandat ; pendant deux ans, pas à pas, avec une bosseuse équipe de dirigeants, nous avons essayé de mettre en place de bonnes fondations. Rien de spectaculaire mais du solide. Le titre AB de la « réserve » est venu récompenser ces efforts. Maintenant, nous devons passer à la vitesse supérieure et franchir un pas.

Plus précisément…

Nous disputons la poule de brassage 2,3, et 4e série, nous souhaitons sortir le plus haut possible et faire un bon parcours en championnat de France.

pour cela l'intersaison a été fructueuse. Nous avons constitué un tandem d'entraîneurs, Gilles Romo et Nicolas Sarrat, deux anciens de la maison, de grande qualité et correspondant à nos ambitions. En plus, nous sommes, je crois, considérés dans le milieu comme un club à l'esprit sain avec des joueurs d'une bonne mentalité et cela, à mon sens, nous a permis de réussir un excellent recrutement qualitatif et quantitatif.

Concrètement, ça nous donne quoi ?

Nous nous retrouvons avec un groupe de 60 joueurs, presque le double que l'an passé. Les arrivées, entre autres, de Patrick Eychenne (2e ligne de Pontacq), Cyril Couget (centre de Séméac), Sébastien Labannère (arrière de Juillan), Sylvain Chambert (centre de Saint-Lary) ainsi que les retours de Pascal Bourdaa et Fredo Azam devraient tirer l'équipe vers le haut. Nous avons aussi fait la part belle à de nombreux jeunes joueurs. Par contre nous regrettons les départs de Barbau et Tivera, deux gars de valeur. Je voudrais dire aussi que nous avons renforcé le groupe de dirigeants avec l'arrivée de Gérard Cazaubon, Bernard Latapie, Stéphanie Lafargue et Fréderic Chattard. En comptant nos cadets et juniors, qui évoluent au BALS, nous arrivons à 140 licenciés, un chiffre intéressant. Nos finances sont en bonne santé et la municipalité a rénové l'intérieur du « Mille-Clubs », notre antre.

Tous les voyants sont au vert pour réussir cette campagne 2009/2010…

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

1/2 Finale A -B Honneur 

 le 1er avril 1990

A Maubourguet : Asca bat Magnoac 15 -12 ( après prolongations).

Pour Aureilhan : 1 essai de Bel (80e) ; 3p (22e, 35e, et 89e) et 1T de Laharrague.

L'équipe : Doléac (puis Bel); Jouanolou; Gay; Lauga; Fonseca; (o) Laharrague; (m) Danty;

Arino (puis Flores); Lopez; Laffite; Eugène; Ducour; Couchou; Loncan; Rousse;

Expulsion : Eugène (9e) et D.Totaro (9e)

Patrick Laharrague ne tremble pas au moment de donner la victoire sur une pénalité.

L'Asca est en finale.

 

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

L'Asca aura ses Reichel

Assemblée 2009-2010
L'Asca, autour de son président, fait du bon boulot./Ohoto Jean-Bernard Dubarry.

Cette assemblée générale, qui clôture la saison 2009-2010, a été ouverte par le président Patrick Laharrague qui n'a pas été en manque d'éloges pour toute son équipe dirigeante. Plusieurs manifestations et animations organisées, ce travail d'équipe résonne même du côté de Rion-des-Landes et Saverdun, qui ont foulé la pelouse aureilhanaise lors du 16e finale de fédérale 3. Une équipe dynamique qui sera reconduite dans son intégralité la saison prochaine. Des actes de vandalisme inacceptables dans la salle du Mille-Clubs, telle sera la seule ombre de cette saison. Même si les résultats sportifs n'ont pas été à la hauteur des espérances de début de saison, le parcours des équipes I et II se tient bien. Il a manqué tout simplement les phases finales, là où, comme le dit Gilles Romo, les drapeaux font chaud au cœur. L'équipe réserve, championne sortante, n'a pu conserver le bouclier puisqu'éliminée en demi-finales par Ossun. Gilles Romo a bien schématisé la chose : « Des regrets parce que certains ont confondu dimanches de repos et semaines de vacances ». Ce qui veut dire, quelque part, que certains ont boudé l'entraînement et au final… Comme l'a dit Yannick Boubée, maire d'Aureilhan, le mur de l'ovalie aureilhanaise commence à monter crescendo. Preuve en est la création d'une équipe de Reichel par l'intermédiaire du BALS et de son représentant, A. Zanon, qui enregistre 34 licenciés aureilhanais dans le flux des 94 licences de l'Entente. L'engagement de cette nouvelle équipe ressemble comme deux gouttes d'eau à celle qui avait pris forme en 1972, avec 22 cadets et quelques grandes pointures d'Aureilhan qui ont emboîté le pas vers des beaux dimanches qu'a encore en mémoire Georges Dupuy, président de l'Asca général. Sur cette note pleine d'optimisme, l'assemblée générale a été clôturée par une remise de bouquets de fleurs que les cuisinières aureilhanaises ont appréciée, tant elles ont su donner de leur patience et de leur temps à ce club qui se prépare un bel avenir. J.-B. D.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

ADIEU LILIAN

Lilian Lacabanne est décédé d'un malaise  cardiaque hier aprés midi toutes  les

ativités du week-end de l'Asca Rugby sont reportées.

 

Lilian Lacabanne, le fils de Jean-Marc, conseiller municipal à Aureilhan, est brutalement décédé d’un malaise cardiaque au volant de sa voiture hier à Aureilhan vers 16 h 15. Il avait 23 ans.

Sur la route de Bours à Aureilhan, 101 rue du 11 novembre, un corps recouvert d’un drap tout près d’une voiture blanche. Juste à côté, le conseiller municipal d’Aureilhan, candidat aux élections municipales divers droite, Jean-Marc Lacabanne est effondré en pleurs.

Son fils est brutalement décédé d’un malaise cardiaque au volant de sa voiture. La fatalité semble poursuivre ce jeune homme. Le 6 août 2010, le jour de son 20e anniversaire, Lilian avait été victime d’un terrible accident qui avait failli lui coûter la vie.

Mais il en était ressorti vivant, presque miraculeusement. Sur la RN 21, à hauteur de l’échangeur de Lanne, en direction de Lourdes où il allait prendre son travail aux Sanctuaires, il avait percuté frontalement un bus de touristes italiens. Il souffrait de plusieurs fractures dont une ouverte au fémur. Courageusement, il avait décidé de témoigner de son accident pour sensibiliser les jeunes gens aux dangers de la route.

Sur place, Jean-Marc Lacabanne a fait face avec dignité aux nombreuses marques d’affection, notamment celles du maire Yannick Boubée qui est arrivé sur les lieux dans les premières minutes du drame et de Gérard Trémège, président du Grand Tarbes et proche de l’élu notamment sur un plan politique. Jean-Marc Lacabanne a tenu à nous faire parvenir un hommage à son fils, vibrant d’émotion : «Lilian a pratiqué le rugby au BALS puis au TPR. Il a ensuite joué à Lourdes puis Lannemezan.

Après son accident de voiture, il a dû interrompre sa carrière de joueur. Il entraînait depuis 2 ans l’équipe cadets du BALS où joue Thomas son frère de 16 ans. Il entraînait aussi l’équipe réserve d’Aureilhan depuis cette année avec le succès qu’on lui connaît. Il partageait sa vie avec Sandra dont il était fou amoureux et habitait avec elle juste derrière chez nous. Il avait une petite sœur Jade de 9 ans dont il surveillait jalousement ses petits copains de classe. Elle était complètement «gaga» de lui. Après 11 opérations successives, il avait pratiquement retrouvé toutes ses facultés physiques. Il était avancé dans ses démarches pour reconnaître son handicap qui allait lui permettre de pouvoir retravailler. Il venait de qualifier son équipe cadets pour la première fois depuis longtemps.

«C'était le gamin le plus courageux que je connaisse»

Nous préparions un déplacement en Roumanie avec les cadets et les juniors. Nous avions déjeuné à midi avec Iulian Dumitras et le consul de Roumanie qui est venu spécialement pour annoncer cet événement. Il venait d’apprendre que son équipe joue contre l’équipe nationale de Roumanie.

C’était une grande fierté de voir les trois Lacabanne sur les mêmes feuilles de match lui en tant qu’entraîneur, son frère comme joueur et moi à la table de marque comme manager général. Depuis son accident, nous croquions la vie à pleines dents tous les trois. Il avait recruté tous les joueurs de l’équipe pour arriver à avoir 30 gamins qui le badaient tellement il l’adorait. Il était aussi très apprécié à Aureilhan où il était dirigeant et participait activement aux activités du club. Il était ma fierté et ma vie. Il devait rester paralysé et il s’est battu pour s’en sortir. C’était le gamin le plus courageux que je connaisse».

L'ASCA RUGBY s’associe à l’immense douleur de son père, élu et personnalité aux qualités humaines reconnues de tous, de sa famille et de ses proches et leur adresse ses plus vives condoléances.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

  

L'ASCA RUGBY EN DEUIL

Lilian Lacabanne.  

Il y a des moments où l’on n’a pas envie mais alors pas du tout envie de se mettre au clavier pour narrer quelques informations locales, et pourtant… Une actualité qui était programmée pour annoncer la venue de l’ambassadeur roumain qui doit accueillir en son pays les cadets et juniors du BALS. Dans une salle du Mille-Clubs d’Aureilhan colorée et préparée dès le matin avec cœur par des dirigeants de l’Asca et de Lilian Lacabanne qui est à la base de cet échange avec le rugby roumain. Lilian s’est donc rendu sur les lieux, dans la salle du Mille-Clubs où il a installé chaises, tables, trophées dédiés au représentant roumain et son épouse. Une matinée de préparatifs qui laissait entendre une belle journée internationale pour tout Aureilhan et les jeunes du BALS. 15h30, tout est prêt, 15h40, coup du fil de Jean-Marc Lacabanne (son papa) à la rédaction du journal pour s’assurer que l’événement soit couvert. 16h30, le drame, les cuisinières de l’Asca en pleurs, des dirigeants les yeux rougis sous fond d’ovalie. Impensable, injuste, il n’y a pas de mots assez forts pour contrôler cette injustice de la vie. Le correspondant local, toute la rédaction du journal,les dirigeants et les joueurs s’associent à la peine de la famille, des proches, des amis de Lilian.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

DANS L'OVALIE DE L'ASCA RUGBY

Il est toujours intéressant et d’actualité d’aller à la rencontre d’un club en championnat des sans-grade et du challenge. Aujourd’hui, c’est de l’ASC Aureilhan dont il s’agit et pour cela, nous nous sommes rendus sur les bords de l’Adour où le président Patrick Laharrague nous a expliqué, d’abord, le déroulement de la première phase et les convictions des couleurs de son club «orange et bleu». Dans une phase de brassage de 3e-4e série menée de main de maître par une équipe première de l’Asca, pour tout simplement accéder direct à l’étage supérieur. Ça, c’est fait et bien fait sur du jeu qui part d’une conquête propre, en passant par un rythme cavalier et adroit des lignes arrière ; une bonne organisation, quoi. Avec aux commandes les entraîneurs Fabien Leriche et Claude Pécune, l’appui de Troader qui récite son rugby sur toutes les pelouses, la mayonnaise a commencé à prendre. Il reste bien sûr du boulot, comme s’attachent à le dire les deux coachs. Mais le public ne s’y trompe pas, il y a les victoires, certes, mais cette façon de jeu plaît si bien que les suiveurs «orange et bleu» se font de plus en plus nombreux devant les gradins, même à l’extérieur. Victoire à Gondrin, succès à domicile face à Laloubère, défaite étriquée à VAL XV, le compte est toujours bon et flatteur pour assurer la tête de poule. Dimanche prochain, la demi-finale du challenge Béarn-Bigorre qui se jouera à Oursbelille, face à Rabastens, sera d’autant plus intéressante à suivre que les deux formations se retrouveront, par la suite, en championnat. Avec un amalgame de jeunes, du BALS, par exemple, et de quelques anciens, Aureilhan a trouvé un visage qui donne à cette section de l’Asca l’envie et le talent de viser quelque chose. L’équipe réserve tient également sa pointure avec les entraîneurs Olivier Simon, Lilian Lacabanne(voir les articles dessus) et tous ces joueurs fiers et prêts à porter le maillot en équipe I comme en réserve. Sans oublier Thibault et Fabian, qui peaufinent leurs études de STAPS en venant préparer le physique de tout le groupe aureilhanais. Parce que c’est bien de groupe dont parle, à Aureilhan.

--------------------------------------------------------------------------

 

    Après une demi-finale de belle facture contre UA Laloubère, où nous nous sommes qualifiés sans encombre (35 à 8), nous retrouvions pour disputer le Bouclier du titre Armagnac-Bigorre, nos adversaires du jour : VVAL XV. Ce match revêtait un caractère spécial à plus d’un titre.

 

      Tout d’abord, la rivalité entre les 2 clubs suite aux problèmes lors du match retour et le dénouement compliqué avec le comité A-Bigorre.  Puis, le contexte du match une finale pour un titre A-Bigorre.

 

      Mais, aussi, par rapport à la disparition de LILOU, et la promesse que c’était faite cette bande de copains, que dis-je cette famille, au lendemain de sa disparition : Ramener le planchot pour honorer sa mémoire, car si on était tous là aujourd’hui c’est grâce et/ ou à cause de notre LILOU.

 

      Moi le premier, parce qu’un soir de Mai sans trop me prévenir il m’a embarqué dans cette aventure (On pouvait rien lui refuser à ce C… de LILOU !!!). Et de fil en aiguille, certains joueurs qui devaient arrêter, avaient décidé d’en faire une dernière car ils avaient confiance à notre duo et notre complicité.  Mais, aussi LIONEL qui est venu me donner un coup de main pour pallier à son ABSENCE ou Laurent qui lui aussi a répondu présent, quand j’étais absent pour la Demi.

 

     Bref, Tous ces gens qui se sont fédérés, regroupés pour faire bloc dernière cette équipe Réserve trop vite orpheline. Ensuite, le plus dur pour atteindre cet objectif était « de rester dans notre bulle »,  de faire un match sérieux et appliqué afin qu’ IL SOIT FIER DE NOUS.

 

Quand on s’est réuni à 14h au Mille Club que le Président a fait son discours, au moment de prendre la parole et de remettre les maillots, les mots ont eu du mal à sortir mais, il fallait que les Joueurs comprennent que nous avions confiance en eux et qu’ils allaient «réaliser quelque chose de grand pour notre Frère tant regretté. »

 

L’arrivée à Rabastens et la préparation d’avant match furent sérieuses, appliquées et soutenues par un Public Orange et Bleu acquis à notre cause. En rentrant dans le stade, j’en avais des frissons de les voir tous fiers de porter nos couleurs.

 

Après un coup d’envoi cafouillé et une touche à 5 m, le match était lancé et notre équipe résistait vaillamment aux assauts d’une équipe de VVAL XV fort remaniée par rapport aux 2 rencontres de poule (Eh oui quelques joueurs de l’équipe fanion avaient grossi les rangs….), alors qu,e nous étions restés fidèles à notre groupe avec même 2 juniors dans l’équipe en signe de remerciement à tous, ceux qui nous ont dépanné tout au long de la saison.

 

Comme je l’avais dit avant le match, ce ne sera peut être pas le plus beau match de la saison mais surement celui qui compterait le plus. En effet, nous commettons beaucoup d’approximations, que ce soient devant avec cette touche pas droite à 5 m de l’en-but adverse ou derrière avec 2 ou 3 lancements de jeu sans conviction et très vite enrayés par la défense adverse : Un match crispé et dominé par des défenses bien en place. Le score ne semblait pas vouloir bouger avant la pause jusqu’à la 29eme mn et, ce slalom gagnant de FABIAN LUISIN qui vient déchirer la défense adverse : Essai transformé par Guillaume GOURLIER Mi-temps 7 à 0.

 

 A la pause, on a essayé de calmer les esprits et de permettre aux joueurs de retrouver un peu de lucidité. Les consignes étaient claires : occuper le camp adverse et, les mettre à la faute. Nous opérons quelques changements afin de redonner un second souffle à notre équipe. Notre équipe semble plus libérée après cette ouverture du score et, nos adversaires subissent à chaque impact, notre travail de sape semble porter ces fruits et, durant cette seconde mi-temps, hormis à 2 reprises nos 22 m resteront inviolés.

 

 Ainsi, sur un énième ballon de récupération, nous lançons une attaque anodine qui va s’avérer concluante quand le ballon circulant de main en main, atterrit dans celles d’Alexis PELLISSIER et, qui d’une accélération et un cadrage débordement dépose toutes la défense adverse pour aller pointer en terre promise : 12 à 0 net et sans bavure. A partir de là, les consignes étaient simples et claires ne pas encaisser le moindre point et faire de cette finale une victoire sans contestation possible….

 

Au coup de sifflet final, ce fut la délivrance et, à voir le monde envahir cette pelouse, on comprend combien cette victoire était attendue et espérée.

 

Juste un appel au calme de ma part, pour rappeler que cette victoire était dédiée à celui par qui tout avait commencer et, quoi de plus normal pour lui rendre Hommage que de chanter : « Mon Dieu que j’en suis à mon Aise » Cette chanson si lourde de sens……

 

La joie des uns  était mêlée à la tristesse des autres, mais quel plus bel hommage que de faire monter à la tribune avec CAP’ tain Fab, Jean-Marc et  Criquet pour brandir ce bouclier tant convoité,  symbole de notre souvenir éternel et inoubliable.

 

Que dire de notre halte au retour de Rabastens, pour te présenter notre Cadeau ce magnifique Bouclier flambant neuf, où tout ceux qui ont œuvré pour cette équipe Réserve, ce sont retrouvés auprès de ta tombe pour célébrer avec toi cette page glorieuse de l’ASCA, ce club cher à ton cœur, qui  inscrit une nouvelle ligne à son Palmarès.

 

 

 

Pour ma part, chaque fois que, je foulerais un terrain orné des poteaux de rugby, j’aurai à tout jamais, un pincement au cœur et une pensée pour toi :  LILOU JE T’OUBLIERAI JAMAIS….. et, L ASCA NE T’OUBLIERA JAMAIS……….ADISHATZ mon LILOU

 

                                                                                                     

 

                                                                                                              OLIVIER

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 La reserve championne ARMAGNAC-BIGORRE du Groupe 3 2013/2014

Sur la pelouse de Rabastens, les Aureilhanais, après avoir perdu la finale de l'équipe fanion, sacrent leur saison face à une formation gersoise de VVALS XV qui n'aura jamais capitulé, jusqu'au coup de sifflet final. Une finale moins emballée que prévu, si ce n'est que les deux formations se sont observées durant un bon quart d'heure. Le temps d'une percée de Bondia côté gersois, sur un trois contre un des Bigourdans qui avortera sur une faute de main. Il faudra alors attendre la fin du premier temps pour voir une envolée de Luisin, le centre aureilhanais, qui file d'une course de 50m pour le premier essai de la rencontre.

Sur le second temps, les Aureilhanais n'avaient pas perdu le sens de la marche au bouclier, avec Deflandre qui remet du jus dans la tonicité du jeu de l'Asca. Sur une attaque classique, Alexis Pellissier, au bout de son aile droite, plonge en terre promise pour adjuger le bouclier à Aureilhan, malgré un baroud d'honneur gersois digne d'un vrai finaliste.


Aureilhan 12 — VVALS 0

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Finale A-B 3eme serie équipe 1 2013/2014

Tout était prévu pour cette finale de 3e série, le soleil et une foule très colorée venue en nombre. Côté joueurs, des deux côtés, on se connaît, donc pas de risque, on ne tente pas. Au contraire, on va simplement chercher le défi physique avec au bout tout ce que cela peut amener de positif, comme de négatif. Donc, dans le premier acte, la parole sera pour la défense, très hermétique des deux côtés, et aux buteurs. Rabastens ouvre la marque (10e) avec une première pénalité suite à une faute défensive au sol, entre plaqueur et plaqué. Mais c'est du tac au tac, Aureilhan en fait de même pour le même motif (13e). Côté «rouge» de Rabastens, on tente bien de faire circuler le ballon, hélas ! le rideau défensif adverse fait merveille. Donc, on doit attendre ou plutôt provoquer la faute de l'adversaire. Mais à ce jeu, d'un côté comme de l'autre, on y laisse des plumes et des joueurs avec des «biscottes». Ce qui donne l'occasion (15e) au buteur de Rabastens de faire passer les siens devant à la marque.

Interruption de vingt-cinq minutes : Juste avant les «citrons», sur un placage très régulier, le centre d'Aureilhan Lastinères reste au sol. Vite secouru par les joueurs des deux camps, on fait appel aux pompiers afin d'évacuer le joueur blessé. Cette interruption aura duré vingt-cinq minutes.

Le jeu se délie en deuxième acte : Sur la reprise, Laharrague met les deux équipes à égalité (43e). Côté Rabastens, on lâche les chevaux, suite à un troisième temps de jeu, pénalité pour les hommes de Juilleret. Celle-ci est jouée à la main et Barbau, poussé par les siens, s'écroule en en-but. Avec la transformation : 13- 6 à la marque. Rien n'est encore joué, Laharrague maintient les siens à flot (49e), ce qui les met à quatre points de Rabastens. Le plus beau mouvement sera à l'heure de jeu, avec une percée plein champ de Malaganne, fixation en bout, Barbau relance grand côté et à l'autre bout, Chopinet conclut : 18-9.

Pour l'Asca, c'est le buteur maison qui ajustera (61e, 70e), mais le mot de la fin sera pour Rabastens avec une dernière pénalité. Score final : 21-15.

Un prompt rétablissement a Julien et Damien qui sont sorti sur blessure.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Hommage a Lilian

 Recueillement au stade de l'Adour, un an déjà que Lilian Lacabanne a quitté tout un monde bien triste. Le ciel s'est assombri, la pluie, la neige tombaient comme des larmes qui ont séché du haut des nuages embrumés, juste au moment où une plaque et une gerbe ont été déposées par Olivier son collègue de banc et Thomas le capitaine des Juniors devant la stèle du stade de rugby de l'Adour. Le BALS, les joueurs et dirigeants de l'ASCA RUGBY, les amis, la famille en mémoire à Lilian sont là. Un an déjà que «Lilou» a quitté sa famille, ses potes, ses amis, le ballon ovale qui lui tenait tant à cœur. Sur le coup de midi, l'école de rugby, les cadets et les juniors du BALS se sont réunis dans la salle de football, au Mille-Clubs, pour partager le pain et l'eau avant l'affrontement argelésien qui n'a pas eu lieu pour des raisons d'intempéries. Photos des équipes avec de nouveaux maillots, Jade, qui a endossé pour l'occasion le n° 13 au milieu de tous les copains de Lilian, tout un symbole. «Il nous manque, il tenait une grande place», lâchait Jean-Marc Lacabanne, son papa. Sa famille ses amis, M. le maire, élus, dirigeants de l'ASCA, éducateurs du BALS, un long cortège a accompagné la gerbe, la plaque au-devant des vestiaires du rugby. Long silence, moment de recueillement, la chanson des juniors "Mon dieu que j'en suis à mon aise" de Nadau chantait par tous ces jeunes qui en ont fait leur hymne. La tristesse se lisait sur tous les visages fermés par une disparition trop brutale qui laissera à jamais un grand vide dans le monde de l'ovalie, dans la vie de chacun pour qui Lilian est toujours là.

ASCA RUGBY

CULTURE RUGBY...INSOLITE

Insolite

"Attention petit y a pas que les bonbons qui font tomber les dents"